Nouvelle vie pour des résidus de fonderie

Vestshell franchit un pas important

Pièce de précision coulée par Vestshell vue aux rayons X.

La fonderie Vestshell, qui produit des pièces moulées de précision pour le secteur médical,  commercial, de la défense, du nucléaire et de l’aéronautique, s’efforce depuis plusieurs années déjà à optimiser ses opérations pour améliorer son bilan financier et réduire son impact environnemental. En ce sens, l’entreprise de Montréal-Nord a confié un mandat au Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI) afin d’identifier des débouchés pour deux résidus de fonderie issus de ses opérations : une matière céramique provenant des moules de fonderie et un oxyde d’aluminium.

Mettre en lien l’offre et la demande

À partir des propriétés physicochimiques des deux matières, le CTTÉI a pu répertorier une demi-douzaine d’usages potentiels et a contacté d’éventuels preneurs pour confirmer leurs critères d’acceptabilité. Grâce à son réseau de contacts étendu, le CTTÉI a pu identifier un partenaire de choix pour l’entreprise, Produits RLC inc., pour qui les matières possédaient un intérêt certain.

Un impact économique et environnemental considérable

Résidu de céramique provenant des moules fractionnés de Vestshell.

Vestshell estime que 143 tonnes métriques de matières seront désormais détournées de l’enfouissement chaque année, représentant 25 000$ d’économies. « Un tel projet n’aurait pu être possible sans l’aide du CTTÉI, » affirme d’emblée M. Greg Laflamme, directeur des opérations chez Vestshell.

Une analyse sommaire estime à 60 tonnes équivalent CO2 la quantité de gaz à effet de serre évités, soit l’impact de 13 voitures enlevées de la route.

Ce projet a été réalisé grâce à une subvention d’engagement partenarial du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie.

Share